Le clair-obscur des anges

Sans titre

La Précocité intellectuelle, qui désigne la réalité d’un très haut potentiel intellectuel, est-elle un don ? Est-elle un trait de génie durable ou une spécificité temporaire ? Est-elle un bienfait ou une malédiction ? Une chose est certaine elle est surprenante, parfois sidérante et souvent paradoxale. Selon le principe du « tout ou rien », les enfants et adolescents intellectuellement précoces n’aiment pas un peu plus ou un peu moins : ils détestent ou ils adorent. Leur perfectionnisme rime avec lenteur et fulgurance.

Si la Précocité intellectuelle ne cautionne aucun comportement, dans le système scolaire autant que dans le cadre familial ou professionnel, son identification chez l’enfant, l’adolescent ou l’adulte permet d’organiser une stratégie éducative, pédagogique et sociale, faite de reconnaissance, de bienveillance et de tolérance, avec pour finalité la réalisation de soi, le confort mental et le bonheur de vivre.

La pertinence des précoces se confond avec de l’impertinence. Leur étourderie sera confondue avec de la provocation et souvent l’angoisse les tenaille angoisse d’échec, du silence, d’abandon, d’inconnu, angoisse métaphysique. Certains relèveraient d’un nouveau signe zodiacal : piranha ascendant dauphin…

Le clair-obscur provient du soleil. Au risque de s’éteindre, de s’étioler et de se marginaliser ou de disparaître, les enfants, adolescents, adultes intellectuellement précoces ont besoin de pétillement, de s’émerveiller et d’entendre que la pluie ne vient pas du ciel, mais qu’elle vient des nuages : c’est ce que rappelle, afin d’apprendre à protéger de sa personne le sacré de son entité : « LE CLAIR-OBSCUR DES ANGES ».